Quand la production de lait maternel est insuffisante

Au secours, je n’ai pas assez de lait !

Toutes les mamans qui ont allaiter leur bébé vous le diront : la crainte d’une production de lait maternel insuffisante est une de leurs premières angoisses. « Si bébé pleure c’est parce qu’il a faim. Si bébé pleure c’est parce que je suis une mauvaise mère… »

Cette angoisse sera donc naturellement la première cause de l’arrêt de l’allaitement. Quel dommage quand on sait que les cas de mamans qui ne peuvent pas allaiter convenablement leur bébé sont vraiment très rares.

L’allaitement maternel ne permet pas à la maman d’évaluer visuellement la quantité de lait absorbé. La quantité de lait sera donc naturellement pointée du doigt par les mamans et surtout par leur entourage comme étant la cause plus que probable des pleurs de bébé. Pourtant, nous allons voir dans cet article, qu’il est extrêmement rare qu’une mère, surtout dans nos sociétés occidentales, ne produise pas assez de lait pour son bébé. Pas assez d’information, une pression malveillante ou mal informée de l’entourage et l’allaitement est stoppé pour de mauvaises raisons… Mais quelles sont les véritables causes d’une production de lait insuffisante?

Les causes d’une production de lait maternel insuffisante

Il existe bel et bien des causes qui expliquent qu’une mère puisse produire une quantité de lait insuffisante pour son bébé.

Les causes physiologiques

Certains déséquilibres hormonaux de la femme tout comme certaines malformations de la poitrine (malformations du sein qui datent du stade embryonnaire ou alors de la puberté), peuvent expliquer le manque de lait. De même lorsqu’une femme a subi une réduction mammaire ou une augmentation mammaire, il y a de bonnes chances pour que la glande mammaire ait été endommagée, et que les canaux lactifères aient été sectionnés. Dans ces cas précis, l’allaitement peut être périlleux. Mais dans tous les cas, ne pas hésiter à consulter une sage-femme ou une consultante en lactation qui aidera à faire un point sur la situation et à envisager des solutions pour permettre la mise en place d’un allaitement satisfaisant.

Les causes psychologiques

Par ailleurs, la dépression de la jeune maman ainsi qu’un stress extrême ou une fatigue anormale peuvent être à la source d’une baisse de la lactation et donc des pleurs de l’enfant. Un accompagnement personnalisé de la mère par le corps médical (sage-femme, consultante, psychologue) peuvent être d’une efficacité redoutable.

Un défaut de succion

Si bébé tête mal et ne prend pas correctement l’auréole du sein dans sa bouche, il est possible que la glande mammaire ne soit pas suffisamment stimulée pour produire suffisamment de lait pour bébé. Une consultation chez le pédiatre ou avec une consultante en lactation pourra régler l’affaire.

L’allaitement mixte

Un allaitement mixte intégrée trop tôt, peut perturber la lactation. Plus la maman donne des biberon de complément, plus la lactation baisse et moins bébé tête… Et c’est la fin tragique de l’allaitement.

Une mise au sein insuffisante

On ne le dire jamais assez, il faut que les mamans comprennent que leur bébé est un petit mammifère qui a besoin de téter un maximum pour se nourrir et pour satisfaire son besoin de succion. Alors si bébé tète toutes les demi heures, puis toutes les heures puis à nouveau toutes les 10 minutes. Rien d’anormal ! L’allaitement maternel doit être à la demande. On ne peut pas demander à un bébé qui passe du ventre de sa mère dans lequel il était nourris en permanence par le cordon ombilical d’être capable de se nourrir à heures et à intervalles fixes.  L’allaitement à la demande demande certes une grande disponibilité de la mère, mais il est indispensable pour la mise en place d’une production de lait satisfaisante. Il y a donc fort à parier que la plupart des mamans qui arrêtent l’allaitement pourraient le poursuivre si elles acceptaient l’idée de mettre bébé au sein dès qu’il le demande.

Quelles sont les comportements à adopter pour favoriser une bonne lactation notamment lors des pics de croissance?

Quelles sont les tisanes d’allaitement à consommer qui permettent de maintenir une bonne lactation?

Quelles sont les aliments galactogènes (ou galactagogues) à consommer afin de maintenir la lactation ?

Le colostrum et ses pouvoir magiques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *